Passage migratoire IPassage migratoire IIPassage migratoire III

Ils passent, c’est durer, ou croisent, c’est régner :
oiseaux du plus long jour et du plus long désir…
L’espace nourricier leur ouvre son épaisseur charnelle,
et leur maturité s’éveille au lit même du vent.
Gratitude du vol !… Et l’étirement du long désir est tel, et de telle puissance,
qu’il leur imprime parfois ce gauchissement de l’aile qu’on voit,
au fond des nuits australes, dans l’armature défaillante de la Croix du Sud…

Extrait de Oiseaux, Saint John Perse, Poésie/Gallimard.